Un vœu

Publié le Publié dans Humeur

Cette année, l’exercice est particulièrement délicat. Comment concevoir une carte de Fêtes de fin d’année qui soit légère sans paraitre déplacée ?

À l’instar des années précédentes, j’aurais pu choisir une gravure, opter pour une piste poétique ou pour quelque chose de décalé. Je n’ai jamais présenté mes vœux à grands renforts de paillettes et de cotillons. Alors oui, j’aurais pu faire abstraction de l’actualité internationale, qu’il s’agisse de politique, de société ou d’environnement, et faire quelque chose de… réjouissant.

Ce n’est donc pas un éventuel manque d’inspiration qui m’a décidé à ne pas réaliser de carte. Jour après jour, la seule idée de souhaiter « une joyeuse année 2017 » me semblait dissonante. Hors de propos. « Joie ! Amour ! Paix dans le monde ! ». À ce point, le premier degré un peu « Miss France » s’avère indécent. Le second degré aurait été cynique.

Paradoxalement, c’est bien en ce moment qu’il faut se souhaiter le meilleur du monde. Empêtré dans les fils d’actu, enfoui sous des tonnes d’informations, de rumeurs et de tweets, le meilleur du monde ne nous saute pas aux yeux. Mais il est là, à un clic, et nous n’y avons jamais eu aussi facilement accès. L’humour, la culture, l’intelligence, l’art, le second degré: tout ce qui ouvre nos esprits demeure toujours la meilleure façon de lutter contre le populisme, la démagogie et la haine de la différence. A défaut d’empêcher nos civilisations de se momifier, cela ressemble déjà à un bon programme.


LE COLLEGE DE FRANCE Autant voir les choses en grand, non ? Assistez aux conférences du Collège de France comme si vous y étiez. Des milliers de vidéos et d’enregistrements sonores mis à disposition. college-de-france.fr

LE GUICHET DU SAVOIR Vous faites des recherches particulières, ou bien vous vous demandez comment fonctionne ceci, ou pourquoi, et comment cela ? Avant, il y avait les livres « Dis pourquoi? ». Mais aujourd’hui, posez n’importe quelle question, les équipes de la Bibliothèque municipale de Lyon se mettront en quatre. guichetdusavoir.org

L’HISTOIRE DES ARTS Pour accéder facilement à des contenus clairs et pédagogiques, l’histoire des arts, c’est par ici. histoiredesarts.culture.fr. Et si cela ne vous suffit pas, nos Archives (Nationales, du Travail ou d’Outre-mer) sont là : Archives

ETUDES LITTERAIRES A la recherche de lectures ? Il existe, l’avez-vous oublié, la possibilité (extravagante!) de se rendre dans une librairie ou une bibliothèque. Sinon, le site est un bon point de départ pour découvrir des trésors. etudes-litteraires.com.

EUROPEANA Mieux vaux savoir ce que l’on cherche avant d’aller explorer les rayonnages d’Europeana. La bibliothèque numérique européenne donne accès à 53 millions de documents numérisés représentatifs du patrimoine historique et culturel de l’Europe. europeana.eu

NOS LIBRAIRIES Une librairie à proximité ? « Oh, non, je ne crois pas… » Ne faites pas comme si vous ne saviez pas, vous n’avez plus d’excuse. noslibrairies.com

OPENCULTURE  Pour continuer de voir les choses en grand. C’est en anglais, et… comment dire ? Des cours gratuits de chinois, d’islandais, de maori, des cours sur les religions, la biologie, les maths, la littérature… De quoi s’occuper pour les cinquante années à venir. openculture.com/

DES LIVRES A LIRE ET A ENTENDRE L’association  a pour objet de faciliter l’accès de tous et en particulier des non-voyants et malvoyants à la littérature. Entre nous, ça marche aussi pour ceux qui ont la flemme… Notez que vous pouvez également être un «donneur de voix». litteratureaudio.com/

NEZ A NEZ, ce sont des clowns… à l’hôpital. Ce sont des dingues, des artistes, le cœur sur la main et de l’amour jusqu’au bout du nez. Et parce que les clowns à l’hôpital, ça ne rigole pas tous les jours et qu’ils ont besoin de votre aide: nezanez.org

DE LA POESIE AUX APPARENCES TROMPEUSES Rob Brezsny est, à ce que l’on peut lire, l’un des astrologues les plus atypiques au monde. Sa chronique fourmille de références littéraires et cinématographiques et se distingue par son ton poétique. Et si cela ne vous semble pas sérieux, sachez que même Courrier International le publie. courrierinternational.com/horoscope

LA GRANDE CHAUMIERE À Paris, on peut aller dessiner sur les traces de Gauguin, Manet, Picasso ou Cézanne… Enfin, sur vos propres traces, c’est bien aussi, car on peut voir les choses plus simplement. Il s’agit d’un bel endroit ancien où l’on peut travailler en profitant de la présence de modèles. grande-chaumiere.fr/fr/

PARIS Toujours à Paris, une bande de passionnés recense par le menu l’histoire de la ville. Et si vous possédez des informations de même nature, n’hésitez pas à leur en faire part! Pour découvrir les endroits historiques, même dans sa propre rue. parisrevolutionnaire.com

AGENCE EUREKA Amateurs de papiers jaunis et d’autres imprimés vintages, ne cherchez plus. Voici un stock immense d’images rétro, jeux et objets publicitaires, images à découper, albums anciens… Pour l’inspiration, la documentation ou pour le plaisir. bibigreycat.blogspot.fr/

MAKERBOOK Parmi tant d’autres, une petite page qui donne accès à des infos, des images et des outils pour ceux qui aiment « faire des images ». Polices de caractères, banques d’images, outils pour la couleur ou le graphisme, ressources audio ou vidéo… En anglais, Makerbook propose un petit tour des « best free resources for creatives ». makerbook.net/

LA CUILLERE D’ARGENT Le livre phare de la cuisine italienne, a bien évidemment son site. Antipasti, primi, secundi ou contorni ? Certes, cela vous fera travailler votre italien, mais certaines recettes valent l’effort. cucchiaio.it

PANKAJ Pankaj tient un blog vidéo. Ici, pas de « DIY » pour réaliser des trucs inutiles en carton collé : Pankaj vous enseigne l’une des cuisines les plus subtiles, généreuses et parfumées du monde, la cuisine indienne. Réjouissez-vous, c’est en français. pankaj-blog.com/

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

PEINDRE ET DÉPEINDRE

Publié le Publié dans Ecriture, Humeur
Brassai
Trois femmes aux « accroche-cœur » autour du zinc dans un bistrot, rue de Lappe. Brassaï (collection particulière)

L’écriture est pour moi un exercice aussi raboteux que réjouissant. Un peu comme un alcool trop fort, ou, finalement, comme la gravure…
Chaque satisfaction se paie au prix d’un effort constant, l’effort ne garantit pas d’obtenir satisfaction, et aucune satisfaction n’est définitive.
Comme ça, les choses sont claires.
Pour le reste, je reconnais les mêmes écueils, les mêmes penchants, les mêmes joies qu’en peinture, je fais appel aux mêmes vibrations et à la même palette.

Retour (le retour)

Publié le Publié dans Humeur

Contrairement à ce que j’écrivais il y a deux semaines, non, il ne m’est pas possible de « profiter encore un peu du calme des rédactions ». A peine avais-je tapé ces lignes que le téléphone sonnait. Et encore. Et une nouvelle fois.

J’arrive progressivement à bout de l’énorme vague de travail que l’on me réservait pour mon retour. En quelques jours, plus d’une vingtaine de cartes, des pleines pages, des doubles, et d’autres plus petites, et puis quelques illustrations, au point qu’aujourd’hui, par deux fois, j’ai du prudemment refuser du travail.

Comme d’habitude, je demeure discret sur le contenu précis du travail qui m’occupe à l’instant. Il est normal d’en réserver la primeur à ceux qui publieront tout cela. Le temps que tout le monde achève les maquettes, passe sous presse et distribue, il faudra compter… disons un mois? pour en reparler.

En attendant, septembre livre son LIRE de la rentrée. Bonne lecture !

Enregistrer

Retour

Publié le Publié dans Humeur

f

En été, on peut consacrer sans gêne une minute à classer des feuilles mortes par couleur, puis les laisser ainsi au milieu du chemin. Ou Le Land Art facile à la manière d’Andy Goldsworthy. Sans complexe !

Retour de vacances donc, le temps n’est plus à jouer dans les sous-bois. En revanche, il est possible de profiter encore un peu du calme des rédactions pour travailler à quelques projets personnels et continuer d’écrire.

Bonne rentrée.

Découvrir le catalogue digital de l’oeuvre d’Andy Goldsworthy, Volume 1.

Retour de Bologne

Publié le Publié dans Ailleurs, Humeur

Crocefisso
Rinaldo di Ranuccio – Crucifixion – 1265

 

Voici une ville dont le centre historique aurait pu être transformé en parc d’attractions culturelles, et, à l’instar de Florence, vendre son âme aux enseignes internationales et aux marchands de glace industrielle.

Mais Bologne semble conserver son caractère. Si la Pinacothèque recèle des trésors, c’est dans toute la ville, sous ses arcades et dans ses cafés, que l’on reconnait cette humeur légère et élégante, tout à la fois souriante et sévère qui caractérise ces villes italiennes (l’art de la cuisine en est probablement un des exemples les plus évidents). Les foules étudiantes en jouent, s’amusent et apportent à la ville toute la vie nécessaire.

Échappée belle

Publié le Publié dans Ailleurs, Humeur

mf

Mais de quoi parle-t-on quand, dans une même phrase, il est à la fois question de civilisation, de ricotta et d’histoire de l’art ?

Probablement parle-t-on d’un art de vivre qui s’est progressivement perdu un peu partout en Europe, mais dont il demeure ici d’antiques merveilles, encore bien vivantes. Une mention spéciale au vinaigre balsamique de Carmine, aux statues baroques en papier mâché, au Capocollo de Martina Franca, et à l’émotion qui étreint celui qui traverse la ville de Matera.

Photo prise à Martina Franca – dans les Pouilles.

¡ Hasta pronto !

Publié le Publié dans Ailleurs, Humeur

ve

C’est un art étonnamment libre et énergique que celui de Diego Velázquez. Malgré les rubans et les bijoux, la vigueur presque brutale de sa peinture révèle davantage que le tempérament de l’artiste.

« L’Infante Marguerite en bleu », ci-contre, représente une petite fille de huit ans, celle-là même des « Ménines ». Deux siècles de mariages consanguins la précède. Dans trois ans, elle épousera son oncle maternel Léopold, également cousin de son père. Elle mourra à 21 ans après de multiples fausses couches et cinq enfants. Ce n’est donc pas un hasard si l’environnement de Diego Velázquez et le destin sordide de ses modèles semblent assombrir chacun de ses portraits officiels.

Exposition Velázquez du 25 mars au 13 juillet 2015 dans les Galeries Nationales du Grand Palais, entrée Champs Elysées.

Deux cartes

Publié le Publié dans Ailleurs, Humeur

v

Quand Chardin peint un verre d’eau, il parle évidemment d’autre chose que d’un verre d’eau, et sa préoccupation n’est pas de conserver une trace de celui-ci. Cet objet est peut-être le sujet pictural, mais il n’est évidemment pas le sujet de l’œuvre. Démonstration éclatante d’un artiste qui dépasse son sujet.

De la même manière, certains vont plus loin que ce que le simple intitulé de leur profession n’annonce ou n’exigerait. Leur métier, la technique et la nature-même de ce qu’ils disent ou réalisent sont distancés par un élan propre à eux, aussi intime qu’universel.

Christian Lacroix a, par la nature-même de ses créations, dépassé le propos de la mode et des questions d’élégance ou de silhouette a priori inhérentes à son métier. Quand François Cheng évoque un souvenir, parle de calligraphie ou de pâtisserie , il nous montre déjà autre chose. Tous les deux nous parlent du monde, de la vie et de la beauté des choses.

Ces deux hommes dont j’admire sincèrement le travail, l’œuvre ou le parcours, tous deux ont pris le temps, très gentiment, de m’envoyer un mot en ce début d’année en remerciement de mes vœux. Et j’en demeure aussi touché que reconnaissant.

vp cl2

François Cheng « Vide et plein – Le langage pictural chinois » (chez Albin Michel)
Christian Lacroix – 2009.

Écrire

Publié le Publié dans Ecriture, Humeur

Saison estivale maussade, donc propice à l’écriture. Dans la Vienne, retour sur le travail des mois précédents. Relire, reprendre, continuer, modifier, faire confiance. Même si quelques lectures documentaires sont nécessaires, je ne souhaite pas mener une recherche historique aussi monumentale que pour « Mes murs sont de feu »: je veux, cette fois-ci, voyager léger. Je laisse venir les personnages.

Enregistrer

Enregistrer