Instagram, me voilà!

Publié Publié dans Ailleurs, Humeur

À L’ATTAQUE !

Cela devait bien arriver un jour : je suis entré dans le XXIe siècle. Au moins suis-je désormais présent sur Instagram… J’ai mis du temps, c’est vrai, mais suis-je seul à ne pas voir le temps passer?

Des images inédites, quelques travaux personnels et pas mal d’actualités seront à découvrir sur ce compte. Alors s’il vous arrive, de temps en temps, de faire un tour sur Instagram, nous devrions nous y croiser… A très vite !

https://www.instagram.com/stephanehumbertbasset/

Illustration : La bataille de San RomanoPaolo Uccello (vers 1456) – Détail – National Gallery, Londres

Réalité virtuelle et psychanalyse

Publié Publié dans Ailleurs, Humeur

Samedi dernier, premier arrêt à la Galerie Cinéma . L’accueil est chaleureux, et la jeune femme nous entraine vers le tout nouveau « Studio VR »  pour nous présenter une série interactive de Eliza McNitt. Hormis l’œuvre elle-même, c’est aussi l’occasion d’expérimenter la réalité virtuelle pour ceux qui, comme moi, n’aurait pas encore osé l’aventure. Expérience concluante : c’est décidé, dès que j’ai un peu de temps, je vais m’organiser une séance Tilt Brush chez VirtualTime, histoire de me mesurer au XXIe siècle.

Seconde étape au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme. L’idée était d’aller voir le Rothko prêté par le Centre Pompidou. A l’accueil, on m’indique qu’il est présenté dans le cadre de l’exposition sur Freud. Qu’à cela ne tienne! D’Yvette Guilbert à Duchamp, en passant par Courbet, Kokoschka et Antonin Artaud, c’est tout l’univers artistique, scientifique et intellectuel de l’époque de Freud qui était exposé… jusqu’au 10 février.

A proximité, un colossal Moïse de plâtre semble un peu… encombrant. Ce doit être ça, la réalité virtuelle en peinture: un Rothko sans titre ni manière, cependant capable de voler la vedette à Michel-Ange.

SPHERES
Jusqu’au 30 mars 2019
Galerie CINÉMA, 26 rue Saint-Claude, Paris IIIe.

SIGMUND FREUD
Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, 71 rue du Temple, Paris IIIe.

Photo d’illustration : ROTHKO – Untitled (Black, Red over Black on Red) 1964
D’après la visite virtuelle – MahJ / immersion-3d.com [voir+]

Carte de vœux 2019

Publié Publié dans Humeur, Papeterie, Projet perso, Volume

Une cour d’immeuble un peu sombre et vieillotte, en haut de laquelle une montgolfière s’apprête à prendre le large.

La carte de vœux 2019 aura été l’occasion de ressortir bouts de ficelle, cartons et tube de colle. La démarche est similaire à celle de la maison du Petit Événement Bucolique, bien loin de l’hyper-réalisme bluffant de l’univers des modèles réduits.

Je réalise cette maquette par touches, par textures, par couleurs. Je récupère n’importe quoi au fond de ma corbeille à papier, dans les tiroirs de la cuisine ou dans la boite à outils, je découpe et m’amuse.

Il s’agit de ne tromper personne : travailler les détails est un plaisir enfantin (régressif?) mais je ne cherche pas à copier le monde de manière obsessionnelle. Il suffit que « ça marche », c’est la seule limite que je m’impose.

Depuis toujours, l’essentiel est de raconter des bribes d’histoires en laissant à chacun assez de place pour qu’il s’y trouve bien.

La structure de la maquette est en carton plume et mesure 50cm de haut.

Les enduits sont … de l’enduit, mais également du papier de verre pour le crépi, une boite à œufs pour les briques, et quelques rectangles de carton pour les pierres.
Progressivement, après le gros œuvre, les corniches et les huisseries, viennent les premiers détails.
Le pavage de la cour est en pâte à modeler, les gouttières en paille à cocktail, les garde-fous en bambou, les intérieurs des appartements et les stores en papier.


Papier et fil de fer.

La zone inférieure de l’image doit être froide, en contraste avec le ballon. Le même bleu acier est décliné en teintes différentes sur les portes, le pavage, les objets…

Une fois la cour terminée (avec ses éclairages, l’escalier du fond dans la pénombre, etc.), la montgolfière donne du fil à retordre. Dans un premier temps, je développe le plus possible tout ce qui est réalisable « en vrai » : la nacelle, dans l’air, dissimule la tige de bois qui la tient en place, légèrement inclinée ; les fils rouges sont tendus au plus près de leur position finale, ainsi que la ficelle blanche qui retient la nacelle à l’anneau de l’atelier.

Quant au ballon lui-même, il y a eu plusieurs essais avec de la mousse thermoformable, avec un œuf en polystyrène… Les formes étaient plus ou moins satisfaisantes. En revanche, ce ballon restait désespérément opaque. Pour obtenir les lumières souhaitées et l’impression de légèreté tout en conservant l’aspect massif, l’utilisation d’un ballon de baudruche s’est révélé nécessaire.
Choix est fait d’utiliser un ballon doré, dont la couleur chaude est plus flamboyante qu’un ballon orange, trop mat. Une fois gonflé, il est ficelé de manière à créer une sorte de potiron un peu tordu. Je le prends en photo sous toutes les coutures; le montage du volume final de cette série d’images se fera en numérique.

La prise de vue de l’ensemble est réalisée avec un ballon simple afin d’obtenir les premiers reflets sur les façades. Intégration du ballon définitif et correction générale des couleurs sur Photoshop.

Le format de la carte est 31,5 × 11,5cm.

Enfin, si cette image vous donne l’envie de prendre la poudre d’escampette ou un peu de hauteur, alors que cette montgolfière vous transmette tous mes vœux pour la nouvelle année.

VŒUX !

Publié Publié dans Ailleurs, Graphisme, Humeur

© Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique

Tout commence le dimanche 19 mai 1968, à l’issue d’une réunion interministérielle. Une journaliste interroge Georges Pompidou sur le perron de l’Élysée:
«Monsieur le Premier ministre, le président de la République s’adressera-t-il aujourd’hui à la nation?
— Je ne pense pas, n’est-ce pas, mais si je puis vous résumer l’opinion du président de la République, c’est ‹la réforme oui, la chienlit non.›» [ina.fr]

La chienlit

La chienlit désignait autrefois les excès et la débauche d’un cortège de Carnaval et, d’une façon générale, une mascarade obscène. Dans l’atelier de sérigraphie de «l’Atelier populaire de l’ex-école des Beaux-arts», peu importe si l’emploi de ce mot est incertain (c’est au masculin que chienlit [+] aurait pu qualifier un personnage grotesque). Peu importe également que ce mot soit de De Gaulle ou de Pompidou, sa désuétude illustre parfaitement le fossé qui sépare le pouvoir de la jeunesse militante. L’interview retransmise à la radio va inspirer le jour même une des affiches les plus magistrales de l’époque.

Dans l’atelier, l’anonymat des auteurs est une règle fondamentale. Aucune création n’est signée: les projets sont épinglés sur une corde à linge, et même si l’on peut reconnaitre le style de certains artistes ou étudiants, le choix des affiches à reproduire respecte l’anonymat.

1 et 2: Discours du 4 octobre 1958 (ina.fr) / 3: L’Atelier populaire de l’ex-école des Beaux-Arts (© M. Riboud)

C’est lui !

La puissance de cette affiche ne tient pas seulement à la caricature que l’on reconnait aujourd’hui. Il fallait couper le personnage à la taille pour que ce geste historique en V (associé au mot Victoire et à la Résistance, au discours du 4 octobre 1958 [+] et à la Ve république) ne soit soudainement réduit qu’aux bras raides d’un Guignol de jardin public.
À l’instar de beaucoup de créations de l’atelier [+], la violence des discours politiques se teinte d’une verve propre aux Beaux-arts.«C’est lui!» est d’abord une réponse spontanée et truculente à une insulte vieille France. Toi-même!… A des années lumière du tract militant traditionnel, c’est presque un mot d’enfant adressé à un homme de 78 ans. D’autre part, composé d’un unique aplat en sérigraphie, le visuel supportera tous les défauts d’impression, les changements de couleur ou de papier sans en souffrir. Cette œuvre, toujours aussi irrespectueuse et drôle, rivalise sans conteste avec les grands affichistes du XXe siècle [+].

Bonne année !

Tout en lui rendant hommage par un détournement de saison, mes vœux professionnels saluent la simplicité (apparente), l’humour et la force graphique de cette affiche qui, cinquante ans plus tard, sont intactes.

Enfin, puisque moi aussi je suis né en 1968, permettez-moi de souhaiter à chacun de vous toute la créativité, la fougue et la spontanéité essentielles à cette nouvelle année.

Merci à Jean Hil [+], l’auteur de l’affiche originale, de m’en avoir gentiment autorisé le détournement.


On Sunday 19 May 1968, after an inter-ministerial meeting, a journalist asked Georges Pompidou:
« Mr. Prime Minister, will the President of the Republic address the nation today?
— I don’t think so, actually, but if I may sum up the opinion of the President of the Republic : ‘reform yes, messiness no’. » (« La réforme oui, la chienlit non ») [ina.fr]
La chienlit…
In french, the word chienlit is very outdated. It once referred to the excesses and debauchery of a Carnival procession and, broadly speaking, to an obscene masquerade. In the « Atelier populaire de l’ex-école des Beaux-arts », it perfectly pointed out the huge gap between the government and the militant youth. No matter who said it (De Gaulle or Pompidou), this word inspired one of the most masterful 1968 french posters.
…C’est lui !
Of course we still easily recognize the caricature. But the strengh of this poster mainly lies in the choice to sever the character. Without legs, what’s  left of the historical sign in V (related to the word Victory, to Resistance, the speech of October 1958 [+] and the Fifth Republic) ? Nothing but the rigid arms of a puppet. The spirit of the École des Beaux-Arts defuse the violence of political discourse [+]. « It’s him! » is first and foremost a spontaneous and childish response to a 78-year-old man. This is a far cry from the traditional activist leaflet. Furthermore, the visual is strong enough to withstand all printing defects, color variations and papers changes.
Happy New Year!
While paying homage to this poster, my professional greetings salute its (apparent) simplicity, its humor and graphic strength. Fifty years later, this work rivals the great poster artists of the 20th century [+].

Finally, since I too was born in 1968, I wish you creativity, enthusiasm and spontaneity for 2018.

Thanks to Jean Hil [+], the author of the original poster, for kindly authorizing me to hijack it !