Mais où est passée…?

Publié Publié dans Presse

« Sept ans déjà. Voilà sept ans bien sonnés, la détresse d’une femme de chambre d’origine guinéenne, qui accuse alors le directeur général du Fonds monétaire international (FMI) de l’avoir agressée sexuellement au 28e étage d’un palace new-yorkais, a sidéré la planète, grisé les gazettes, saturé les écrans et les réseaux sociaux, enivré les complotistes de tout poil. »
Mais où est passée Nafissatou Diallo?, Vincent Hugeux (L’Express, 10 octobre 2018)
Illustrations Stéphane Humbert-Basset

 

C’était l’été

Publié Publié dans Graphisme, Philatélie, Presse

L’été aura été rythmé par quelques parutions. Ci-dessous, un récap’ particulièrement bref !

Paris, encore et toujours
A retenir, une grande carte de Paris en 1870 pour Beaux-Arts/ Le Parisien.
Les carrières, les fortifs, Bercy… Les principaux grands axes sont en place et le Louvre est encore « complet » -plus pour très longtemps.

Kaysersberg
« Le Village préféré des Français » 2017 (France 2) a eu le droit à son timbre et à son cachet Premier jour.
Le choix a été fait d’un traité un peu naïf et pittoresque, l’alignement de façades colorées se prêtant également au format horizontal.
Premier jour : mercredi 20 juin 2018 – Vente générale : 21 juin 2018
Valeur faciale : 0,80 € – 60×25 mm – Héliogravure,  900 000 exemplaires

 

Les premiers européens
Pour les Cahiers de Science et Vie (n° 178, juin 2018) pas mal de cartes et de graphiques pour quelques deux millions d’années d’histoire…

Le Paris de Delacroix

Publié Publié dans Presse

 

Difficile de passer à côté : du 29 mars au 23 juillet, le Louvre présente 180 œuvres d’Eugène Delacroix venues du monde entier. Des concerts, des conférences et des ateliers sont proposés en marge de l’événement.

C’est à cette occasion que j’ai eu le plaisir de réaliser une large «vue d’oiseau» du Paris de Delacroix en 1850.

En dépit de ses allures de crayonné, c’est un travail qui exige une grande précision : dans ce Paris pré-haussmannien, certains aménagements ont déjà commencé. La ville de 1850 n’est déjà plus celle de 1848, et Haussmann n’entrera réellement en scène que deux ans plus tard.

 

 

Mars au Sénégal

Publié Publié dans Presse

Dakar, Ziguinchor, Saint-Louis, l’Île de Gorée… ça vous tente ? Avec Le Parisien Week-End, c’est au Sénégal que je vous propose d’aller prendre l’air.

Une page d’ouverture et quatre illustrations sur papier kraft. Le choix de ce fond puissant a paradoxalement permis d’obtenir une lumière douce, un peu irréelle et poétique.

Les couleurs chaudes et lumineuses claquent davantage, et l’ensemble conserve un aspect brut, généreux et spontané.

Du Mississippi à Suez

Publié Publié dans Presse

Les Cahiers de Science & Vie consacrent un numéro passionnant sur les Civilisations disparues. Pour ma part, il s’est agi de reconstituer les cités de Cahokia (Mississippi) et d’Arkaïm (Oural).

Cartographie illustrée également pour Guerres & Histoire, numéro aussi riche et documenté qu’à son habitude.
Cartes enfin dans L’épopée du canal de Suez, hors-série de Beaux-Arts Éditions, à l’occasion de l’exposition présentée à l’Institut du monde arabe.

Le mercato des Champs-Élysées

Publié Publié dans Presse
(5 décembre 2017)

Dans les pages Économie de l’Express de ce début décembre, un point sur le chassé-croisé des enseignes sur les Champs-Élysées.
Comment rendre lisible toute la perspective, au point que même les immeubles les plus éloignés restent identifiables ? Parce qu’en « vrai », ça ne marche pas. L’illustration, finalement, c’est l’art de s’arranger avec la réalité…

Les noëls chantés

Publié Publié dans Lire, Presse
(1er décembre 2017)

Dans le numéro de LIRE de décembre, Gérard Oberlé met à profit sa chronique pour nous faire découvrir les noëls chantés et La Grande Bible des noëls tant vieux que nouveaux, un recueil de cantiques et chansons du XVIIIe siècle.
« Au Moyen Âge, le bon peuple criait Noël en signe d’allégresse à n’importe quel moment de l’année, pour saluer un heureux événement, visite du roi, naissance princière, baptême, victoire… »
Ci-dessous, l’illustration réalisée fait écho au passage suivant : « (…) ces cantiques fonctionnaient sur un système musical parodique et se chantaient sur des airs populaires on ne peut plus séculiers. Expression spontanée de la joie, des peines, des revendications et des gaillardises plébéiennes… »

Réjouissons-nous !

LIRE, décembre 2018.