GraphismeProjet perso

Petit Événement Bucolique 2018

Lors du dernier weekend de septembre, Rouen accueille des artistes, comédiens, marionnettistes, musiciens, etc. Chacun vient avec ses projets de création, ses spectacles inachevés ou son nouveau répertoire; le public est le bienvenu pour assister à ces expérimentations. Tout cela en plein air, sous les arbres.

A l’instar des deux années précédentes [2017], j’ai eu le plaisir de créer l’affiche du Petit Événement Bucolique, version 2018. Une fois encore, Hélène Rousselle et Eric Banse m’ont laissé carte blanche. Car après tout, l’affiche est considérée par eux comme un élément du « Petit événement » lui-même: j’expérimente, j’essaie de nouvelles choses, et… advienne que pourra!

Cette année, j’ai eu envie de raconter une histoire. Celle d’une maison de campagne dans laquelle s’est installée, pour quelques jours, toute la bande de comédiens et d’artistes. Ils ont « débarqué » au sens propre dans le salon. Rouen est une ville portuaire: au pied de l’escalier, la barque est encore amarrée au ponton. Bagages, matériel, instruments de musique et livres ont envahi le rez-de-chaussée. A l’étage, le bureau a été transformé en loge.

Avant d’en arriver là, j’ai construit grossièrement le carton qui allait me servir de base. Je le voulais un peu fragile, un peu de travers, de manière à conserver un effet un peu « bricolé ». Car c’est là tout ce que je voulais faire: bricoler. Découper, coller, agrafer, peindre, trouver des solutions. Si j’évitais l’écueil du trompe-l’œil, si je préférais m’amuser plutôt que d’être obsédé par la précision du travail, mon image finale évoquerait davantage le plaisir de la création qu’une l’exigence de la miniature. Car l’objet final, il ne faut pas l’oublier, n’est pas une maquette de 50 cm de haut, mais bien un visuel d’affiche. J’avais champ libre et ne comptait que deux obligations: réserver une zone verticale, sombre, où le plus gros du texte trouverait sa place. Cet espace est défini principalement par l’escalier en colimaçon. A peine ce travail commencé, je comprends que des journées entières de travail disparaitront derrière du texte.
D’autre part, il était essentiel d’aménager une grande ouverture au fond, car c’est là, à l’extérieur, que tout se passera. Dans le jardin.

Un parquet en bois ciré, un piano en carton plume. Boites, bouchons et pailles pour la machinerie de théâtre dissimulée par l’escalier – en bois et métal. Sur l’image finale, on ne verra pas le papier peint, posé lé par lé. Le métronome non plus ne se verra pas. Et les masques, le long de la corniche? La rampe d’escalier, entièrement refaite… Non plus. Peu importe.

Sur la photo ci-dessus, on est encore loin du compte. La verrière va être agrandie, un puits de lumière sera percé au dessus de l’escalier et une quantité phénoménale d’objets vont trouver leur place. Un coucou suisse, une troisième marionnette à fils, des perruques et leur support,… et puis la véranda, qui ne me convient pas, va être refaite. Lustre, cadres, balles de jonglage, vannerie, tout est fait maison – hormis la porte-fenêtre et la guitare à venir. Trop haut, le petit fauteuil rose connaitra plusieurs versions avant sa forme définitive. La table de la salle à manger sera modifiée, de même que le garde-fou… Le lustre et le paravent également. La plupart des choses seront d’ailleurs refaites. Le petit bureau connaitra trois façades différentes. Les deux chaises de jardin, achetées sur Internet, n’ont rien à faire ici. Je fabriquerai les miennes.

 


Ci-dessus, en bas à droite de l’image, on devine les masques.
Verrière en bois et plastique. Vannerie en ficelle et fil de fer.
Ci-dessous, chaise en bois et carton.

 

Combien de détails ont disparu, noyés dans la masse, dissimulés par d’autres objets, ou dès le départ condamnés à passer sous le texte ? Qui remarquera les magazines, la tasse et sa cuillère, posés sur le  piano ? Les affiches, le perron, le buste, la frise au dessus de la porte ? Peu importe que la moitié du décor cache l’autre moitié: si les éléments n’étaient pas là, cela « se sentirait ».

 

L’œil de bœuf a été refait. Une guirlande d’ampoules, une ancre, un cerf-volant, un mobile,… et le métronome, au bout du piano, posé sur une partition. La bande horizontale définie par la mezzanine a été refaite cent fois. En ferronnerie, en poutres croisées, elle prenait toujours trop d’importance et barrait l’image. Finalement, elle reprend le dégradé bleu/jaune qui caractérise l’ensemble de la maison. L’enseigne, qui sert de titre à l’affiche, a été découpée lettre par lettre dans du carton plume. Le « néon » pour 2018 est composé d’un fil d’aluminium bleu dans un tube en plastique souple. Une seule guirlande de leds circule derrière le carton pour éclairer le miroir de la coiffeuse, la lampe du piano, la lanterne sur le perron et la « bougie » derrière la barque.

Maintenant, vous n’avez plus qu’à réserver le dernier weekend de septembre, ils vous attendent.

Et maintenant, si vous souhaitez zoomer sur les détails, déplacez votre curseur sur l’image ci-dessous.
Si la loupe n’apparait pas, presser la touche F5 sur votre clavier.